afa
AFA
Imprimer

Adoption et Santé





Évaluer le risque sanitaire par pays, les différentes zones géographiques


Votre capacité à obtenir de l’information précise au sujet de l’enfant qui vous est proposé dépend en partie du pays dans lequel vous prévoyez d’adopter.

Comme pour les autres aspects du processus d’adoption, vous devrez mener vous-mêmes des recherches et vous informer pour vous préparer aux problèmes de santé auxquels vous aurez à faire face. Il est souhaitable de rassembler le plus d’information possible dès le choix du pays, avant de prendre la décision d’adopter dans ce pays.

Voici quelques informations générales pour vous permettre d’apprécier les risques sanitaires en fonction de la situation épidémiologique du pays.

Tout comme pour les enfants migrants, des pathologies plus fréquentes que chez les enfants résidant en France, ou particulières, peuvent être diagnostiquées chez les enfants adoptés dans les pays étrangers :

- Les pays d’Europe de l’Est : des séquelles de fœtopathie de mère alcoolique ou de carence affective peuvent être diagnostiquées ainsi que d’hépatite B, voire de syphilis.

- Les pays d’Asie : une vigilance particulière doit être portée sur l’hépatite B.

- Les pays d’Amérique du Sud : l’état de santé des enfants est souvent bon, à l’exception d’Haïti, où des séquelles de dénutrition au cours de la 1ère année de vie de l’enfant avec retard important de développement ont pu être constatées, ainsi que des cas de tuberculose.

- Les pays d’Afrique : la dénutrition, l’hépatite B et la drépanocytose font partie des facteurs de risque pouvant affecter l’état de santé des enfants.

Cependant, les carences nutritives et affectives sont incontestablement les deux facteurs de risque les plus souvent rencontrés dans le cadre de l’adoption internationale.

Dans l’information médicale délivrée, il convient aussi de prendre en compte le fait que les pratiques peuvent être différentes selon les pays.

N’hésitez pas à demander des informations complémentaires (cf. liste indicative de questions à poser) et faites toujours vérifier les informations médicales en cas de doute, en vous faisant conseiller par un professionnel de la santé, si possible le médecin traitant de votre choix qui suivra l’enfant, pour bien comprendre les informations médicales recueillies, soit avant le déplacement à l’étranger, soit sur place, y compris à l’extérieur de l’orphelinat.

En savoir plus :
- Conseils généraux pour les parents
- Le rapport médical sur l’enfant